Inédit

La danse du fouet invisible, Théâtre Jeunesse.

Yao et Sitso sous un arbre.

Yao: On fait quoi ici à attendre depuis.

Sitso : On attend que tu entendes.

Yao : Quoi ?

Sitso: Dès que tu auras entendu. Ce sera fait.

Yao : Quoi ?

 Sitso : Chut ! Parle pas trop. Sinon ça va nous passer sous le nez.

Silence.

Sitso : Il chante ?

Yao: Qui ?

Sitso : L’autre.

Yao: Qui ? Je ne vois personne à la ronde.

Sitso : Parce que tu cherches tout près et tu ne tends pas l’oreille. Pas assez.

Yao : Je suis fatigué. Rentrons.

Sitso : Tu as peur. C’est pas pareil.

Yao: De quoi ?

Sitso: Du chant. De l’autre.

Yao: Rien ne m’effraie ici. Papa m’a dit : « cette terre  t’appartient. Elle fait corps avec toi. »

Sitso : Et tu n’entends pas le chant de l’autre ?  Ils disent tous que, ici, sous cet arbre, il chante,  l’autre, qu’écouter son chant porte bonheur et qu’on peut même faire des vœux. Ça au moins tu sais. Mais que, pour écouter, il faut avoir des dons. Faire corps avec la terre par exemple ou écouter le vent. C’est pour ça que je t’ai amené avec moi. Pour ces dons si précieux que tu as. Pour que tu écoutes et qu’on fasse des vœux. Qu’on vive comme des champions. Qu’on réalise tous nos rêves, quoi ! Tous. Tu as des rêves plein le cœur n’est-ce pas ? J’en ai plein aussi.

Yao : Mais… l’autre  ne réalise pas des rêves de mômes et d’ados. Son truc, c’est des rêves de grand.

Sitso : Mon rêve à moi, il va m’aider à le résoudre.

Sitso  donne des coups à l’arbre.

Yao : On résout un problème, pas un rêve.

Sitso: C’est pareil.

Yao : T’as des soucis ?

Sitso : Quoi ? T’as  pas vu mes notes ? Je peux pas rentrer avec des notes pareilles. C’est la mort assuré. Tu comprends !

Temps

Sitso : Là,  tu l’écoutes ? Il chante pour de vrai ?

Yao : J’entends un oiseau.

Sitso : Comment ? L’autre, c’est un homme, dit-on. Pas un oiseau. . Ne joue pas avec ma vie.

Yao : Ce que j’entends, c’est un chant d’oiseau.

Sitso : Des chants d’oiseau, j’en entends aussi. Plusieurs d’ailleurs. Temps. C’est quel oiseau ?

Yao : Ben, je sais pas.

Sitso: Au moins, on pourra voir si c’est un oiseau proche de l’homme.

Yao : C’est un pigeon, je crois.

Sitso: Même pas un perroquet. Alors, que dit le chant ?

Yao: Je ne sais pas.

Sitso: Comment tu ne sais pas ? Finalement tu ne sais rien, toi. T’as aucun don. Tu ne fais pas corps avec la terre. Il t’a menti ton père. Tu ne vaux rien.

Yao : L’oiseau, il n’est pas dans la terre. Il est dans le ciel, ok ? Et puis, moi, je pars. Va te trouver un compagnon plus valeureux.

Sitso: Ho ! Calme-toi ; tu n’as pas à te mettre dans cet état. Les blagues, il n’y a qu’entre amis qu’on peut les faire. Je ne pensais pas ça  pour de vrai. Il faut que tu m’aides. Avec l’autre ou avec autre chose. Si tu ne m’aides pas, ce sera fini de nos moments de jeux. Toute une amitié et des moments de joie envolés.

Sitso donne à nouveau des coups à l’arbre et le secoue violemment.

Sitso : Réveille-toi et chante. Chante.

Yao : Tais-toi. J’entends des voix.

Sitso: Que disent-elles ?

Yao: Que tu n’aurais pas dû.

Sitso : Quoi ?

Yao On ne frappe pas l’arbre. La nature te retournera tes coups, cent fois, mille fois.

Sitso : Parle-lui. Dis-lui … (on entend le claquement d’un fouet invisible dans le dos de Sitso. Cris, pleurs.  Il danse la danse du fouet invisible)

FIN

Ce texte a été écrit dans le cadre du jeu d’écriture instantannée 1 jour/ 1 pièce organisé par Assitej le 23 mai 2016.

http://www.1day1play-wlpg.org/la-danse-du-fouet-invisible-par-joel-avajon/

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s